La discrimination n’est pas une fatalité. Altéo, Énéo et leurs partenaires, forts de l’expérience de leurs membres en terme de diversité, ont décidé d’imaginer des solutions et de dire stop à la discrimination.

Comment ? En proposant une expérience directe de la diversité !

Avec nos partenaires, nous sommes convaincus que la rencontre de l’autre, de ses différences mais aussi de ses points communs, permettrait de favoriser la tolérance et l’ouverture à l’autre.

Nous sommes tous un jour ou l’autre confrontés à des comportements discriminants. Certaines personnes plus que d’autres, de par leur couleur de peau, leur religion, leur âge, leur sexe , leur orientation sexuelle ou encore leur situation sociale ou financière. 

Quand ces discriminations empêchent le libre choix, l’accès équitable à tous les domaines de la société, elles sont non seulement difficiles à vivre au quotidien, mais aussi inacceptables, d’un point de vue aussi bien légal que moral.

Les comportements discriminants nuisent au vivre ensemble et ont des effets parfois désastreux pour les personnes ciblées. Le contexte économique et social actuel favorise de plus en plus le repli sur soi, la méconnaissance de l’autre, la concurrence face à la rareté des ressources… Tout cela mis ensemble alimente sans cesse le rejet de l’autre.

Chaque année, un nombre croissant de personnes signalent des discriminations à Unia*, anciennement le centre pour l’égalité des chances. On parle ici des discriminations reconnues par la loi. Qu’en est-il alors de tous ces comportements discriminants qui ne rentrent pas dans le cadre légal belge, mais que certains vivent au quotidien ? On peut imaginer qu’eux aussi augmentent…

« La taille de notre pays est inversement proportionnelle à la distance qui semble parfois séparer les gens »
Citation Unia

Face à ce constat, Altéo, Énéo et leurs partenaires, en tant que mouvement sociaux, veulent agir !

Quel objectif ? Rapprocher les gens, quelles que soient leurs différences, et ainsi permettre à chacun de trouver sa place dans une société plus inclusive et participative.

La société dans laquelle nous vivons nous amène à placer les gens dans des cases, à les catégoriser, de façon plus ou moins consciente et ce, depuis notre plus jeune âge. C’est sans doute un moyen pour nous d’appréhender le monde complexe dans lequel nous vivons. Or, ces catégories que nous créons sont autant de murs, de stéréotypes, de jugements erronés, qui nous éloignent les uns des autres et nous amènent à avoir des comportements discriminants.

De nombreuses études montrent que lorsqu’on apprend à se connaitre, on nourrit moins de préjugés et on favorise les attitudes positives.  Les différences s’estompent et la perception des points communs s’élargit. Les catégories deviennent perméables et  finissent par n’en former qu’une, celle de l’humanité.

De vraies rencontres doivent être menées, de celles où chacun à une place nécessaire, de celles qui permettent de trouver ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous sépare, de celles qui renforcent le sentiment d’appartenance à une commune humanité dans toute sa diversité.

 

Nous posons comme hypothèse qu’une manière de lutter contre les discriminations pourrait passer par la rencontre de l’autre et de ses différences.
Loin d’être une solution unique, Altéo, Énéo et leurs partenaires voient dans cette option une piste humaine en lien avec les valeurs qu’ils défendent. La rencontre est un chemin  sur lequel chacun peut s’engager à son niveau.

De l’idée à l’action !  UN CONCEPT CITOYEN

Altéo, Énéo et leurs partenaires ont décidé d’initier des moments de rencontres grâce au concept citoyen d’ « apéro urbain », revisité et renommé, les APÉROCHAPOs. Les deux mouvements et leurs partenaires prendront possession de l’espace public. L’événement rassemblera le public le plus large possible et proposera une vraie expérience de diversité.

Les APEROSCHAPOs

Le concept d’APÉROCHAPO se base sur un fil rouge : le chapeau comme point commun à tous les participants. Chacun se rend à l’évènement chapeau sur la tête : des petits, des grands, en laine, en coton, en feutre, en papier, des qui grattent, des jaunes trop larges, des verts trop étroits, des usés, des pailletés, des Bobs, des bérets... Bref, La vraie mixité.

… Les chapeaux sont tous différents mais ont comme point commun le fait d’être des chapeaux… Ils offrent alors une porte d’entrée aux débats, aux échanges, aux animations… à la rencontre, tous mis à l’honneur durant ces soirées !

L’ouverture de la saison des APÉROCHAPOs se tiendra le 14 décembre à Bruxelles, de 17 à 21h. L’occasion de présenter à tous le nouveau concept, décliné ensuite dans chaque région dès 2018 !

Retrouvez l’agenda des APÉROCHAPOS 2018 prochainement et rejoignez-nous à l’un d’entre eux !